Dès son commencement, des prévisions ont été faites concernant la fin du confinement. Crise économique, consommation plus responsable,... Qu'en est-il réellement à ce jour ?

Un chamboulement économique

manifestation des ouvriers textile au Bangladesh

Bien que la vente en ligne ait augmenté de 61,7% en mai (selon IFM), le secteur du textile est globalement dans une bien mauvaise passe. On observe une accélération des faillites, les magasins ferment, les emplois se voient menacés voire supprimés,... L'activité des magasins a chuté de 31,8% au premier semestre (selon Procos) et de nombreuses marques sont en procédure de sauvegarde (Phildar, Celio) ou en redressement judiciaire (Camaïeu, André, Verywear, Un Jour Ailleurs). Des grands groupes ont également arrêté leurs collaborations avec des startups.

Du côté des ouvriers du secteur du textile, la situation est désastreuse, et les pays les plus touchés sont notamment la Birmanie, le Cambodge et le Bangladesh.

Suite aux annulations de commandes en masse et aux salaires impayés au Bangladesh, les ouvriers sont sortis manifester dans les rues, bravant les restrictions du confinement.

"Si nous n'avons pas de nourriture dans notre estomac, à quoi bon suivre le confinement ? Nous sommes plus inquiets de la faim ou du paiement de notre loyer que du virus" déplore Brishti, employée d'une manufacture du quartier d'Uttara.

Si le Bangladesh est autant impacté par les événements, c'est notamment parce que le textile représente 80% des exportations nationales, et plus de quatre millions d'emplois. Alors que certains ouvriers se retrouvent confinés et sans revenus, d'autres se sont vus obligés de reprendre le travail, mais ce sans protection contre le virus ni détection de celui-ci, et sans arrêt maladie possible.

Un changement de comportement du côté des consommateurs ?

femme faisant du shopping en portant un masque

Le confinement a en effet permis aux Français de revoir leurs priorités et de remettre en question leurs habitudes de consommation. Selon un sondage d'OpinionWay, le shopping n'a manqué qu'à 25% de la population pendant le confinement, et 33% des personnes sondées comptent aller moins souvent en boutiques qu'avant.

Les Français espèrent un changement sociétal, et 69% d'entre eux envisagent de consommer différemment et de manière plus responsable. 62% des Français considèrent notamment que les collectivités devront soutenir les commerçants locaux (selon BVA).

Le "made in France" est-il LA solution ?

On observe donc une évolution des mentalités, qui nous l’espérons, aboutira sur des actions concrètes de la part des marques et des consommateurs.

Si vous aussi, avez fait le choix de consommer autrement, vous pouvez retrouver toutes les informations sur les engagements de nos marques adhérentes en téléchargeant notre application ou sur notre site.


Retrouvez ViJi sur :
Facebook
Twitter
Instagram


Abonnez-vous au blog pour être notifiés des prochains articles