A mesure que grandit la préoccupation des consommateurs et des marques pour l’impact environnemental de l’industrie du textile, des projets visant à établir un système de notation des vêtements se multiplient. Mais dans quelle mesure la construction de ce système de notation est-il problématique ?

Conscience écologique et demande de transparence

Alors que l’industrie textile est réputée pour être la deuxième plus polluante au monde, il est essentiel aujourd’hui de connaître les problématiques liées à son impact. L’éco-responsabilité suscite un intérêt croissant chez le consommateur. Afin de répondre à une demande croissante de transparence de la part des consommateurs, plusieurs projets émergent avec comme objectif de créer un système permettant de noter les vêtements en fonction de leur impact environnemental. C’est notamment le cas du gouvernement qui a élaboré un projet d’étiquetage environnemental pour les vêtements. Le 11 Février 2020, le Ministère de la Transition Ecologique a convié 70 acteurs de l’industrie du textile, dont ViJi, à une réunion de lancement des travaux sur l’étiquetage environnemental.

notes de l'impact environnemental allant de A à E

"L'idée de cette mesure, issue de la loi anti-gaspillage promulguée ce mardi, est de donner une indication au consommateur au moment de son achat" sur les caractéristiques environnementales du produit, explique le cabinet de Brune Poirson, ex-secrétaire d'État au ministère de la Transition écologique et solidaire. Ce système de notation environnementale a pour but de donner davantage de transparence au consommateur et de pousser les entreprises à modifier leurs chaînes de production. S’il faut saluer cette initiative positive, force est de constater qu’elle rencontre plusieurs difficultés et limites.

Un système de notation difficile à mettre en place

Alors, que manque-t-il aujourd’hui à ce système de notation environnementale pour qu’il devienne plus pertinent ?

L’exclusion du critère social de la méthodologie de la notation est une des premières limites que présente ce système de notation. En effet, un vêtement peut avoir un très faible impact environnemental en termes de fabrication tout en ayant été conçu dans de mauvaises conditions sociales et salariales. Ainsi, cet affichage environnemental ne sera pas suffisamment complet pour connaître les véritables qualités éco-responsables d’un produit. ViJi a lancé une application qui complétera l’étiquetage environnemental en prenant en compte l'impact environnemental d'un vêtement, mais également son impact social, son origine et son impact sur la santé. Elle permettra en un scan d’avoir toutes ces informations sur la fabrication d’un article.

Critères évalués par ViJi, à savoir l'origine, le social, l'environnemental et la santé et sécurité

Deuxièmement, il y a très peu de normes et de règlementations communes dans le domaine du textile, excepté la règlementation REACH entrée en vigueur en 2007 pour sécuriser la fabrication des et l’utilisation des substances chimiques (elle ne s’applique pas qu’au domaine du textile mais à l’ensemble des industries européennes). Internationale et comprenant un très large panel de techniques, l’industrie textile est extrêmement complexe. Cette complexité associée à l’absence de norme rend très difficile la création d’un étiquetage environnemental se basant sur des paramètres écologiques homogènes qui doivent pouvoir s’appliquer à toutes les entreprises et les chaînes de production. Entre une marque végan qui privilégie le bien-être animal et produit du « faux cuir » à base de pétrole ou une marque au savoir-faire traditionnel qui utilise de vraies peaux de bêtes issues des déchets de l’agroalimentaire et avec un tannage végétal, laquelle faut-il privilégier ?

ViJi et son choix de la neutralité et de l’impartialité

ViJi soutient cette initiative de note environnementale pour les vêtements et est prêt à s’investir auprès des marques.  Néanmoins, ViJi reste conscient des difficultés liées à ce système de notation et revendique son choix de ne pas attribuer de note aux articles scannés à travers son application, car accorder une note revient à perdre en neutralité. ViJi souhaite donc se positionner en tant qu’acteur neutre et objectif qui communique les infos aux consommateurs, en leur laissant la possibilité de se faire leur propre avis, et de choisir leurs achats en connaissance de cause. Son objectif est triple :

- encourager les marques à développer leurs actions RSE

-  les aider à collecter, structurer et vérifier la fiabilité des informations RSE des marques

-  promouvoir et communiquer ces informations aux consommateurs dans une démarche de transparence


Rédaction : Sirandou Dia


Retrouvez ViJi sur :
Facebook
Twitter
Instagram


Abonnez-vous au blog pour être notifiés des prochains articles


Sources :

- https://www.lexpress.fr/actualite/societe/environnement/de-a-a-e-l-impact-environnemental-de-chaque-vetement-bientot-note-sur-les-etiquettes_2117988.html

- https://proqc.fr/blog/impact-environnemental-industrie-textile-mode/

- https://blog.viji.io/que-faut-il-retenir-du-systeme-de-notation-sur-limpact-environnemental-des-vetements/

- https://www.centex.fr/les-normes

- https://actu.fr/societe/bientot-une-etiquette-sur-limpact-environnemental-nos-vetements_31396661.html

- https://www.viji.io/fr/viji#philosophie-viji