Qu’est-ce que Amandine Cha ?

LTA SAS, nous sommes créateurs & fabricants de tissus biologiques certifiés GOTS par Ecocert en France depuis plus de 10 ans. Fruit de nombreuses années de R&D, nous avons mis en place la seule filière textile française entièrement certifiée GOTS sur toutes les étapes de production et depuis l’an dernier l’unique ligne d’impression textile digitale certifiée GOTS entièrement innovante. Nos produits
et services sont destinés au monde de la mode écoresponsable et à l’univers du DIY (Do It Yourself) puisque nous travaillons tout autant avec des marques de mode engagées internationales qu’avec des merceries européennes revendant nos tissus & biais au détail à tous les couturiers amateurs sous la marque Amandine Cha.

Quel est votre rôle au sein d'Amandine Cha ?

Je suis Amandine Cha-Dessolier, fondatrice de la société & présidente.
Je suis en charge de plusieurs éléments clefs au sein de LTA SAS : la R&D sur tous nos projets, le suivi de la certification GOTS et les audits, l’écoconception,
la politique RSE,  la création textile & produits, … et bien d’autres choses encore.

Quels sont vos constats de l'industrie textile aujourd'hui ?

Au regard de ce qui se déroule depuis quelques années, je suis optimiste pour l’industrie textile. Il y a eu une vraie prise de conscience à la fois de la part des consommateurs, des marques et des industries de la mode et du textile sur cette nécessité de l’écoconception et d’intégration d’une politique RSE. Attention,
il ne s’agit pas ici d’optimisme naïf. Tout n’est pas parfait ou réglé et l’on peut considérer que le changement est « trop » lent ou faux dans le cas de pratique
du greenwashing. Néanmoins, je constate que l’impulsion première nécessaire
à ce changement a lieu. Nous sommes en phase de transition entre un avant très lié à la Fast-Fashion, à la surconsommation et à l’exploitation de la nature et des hommes, et un après qui sera lié à une mode responsable, raisonnable, respectueuse à la fois pour les ressources et les femmes qui y travaillent.

Quelle est votre vision de la mode responsable ?

La mode responsable ne peut pas se contenter d’utiliser du coton bio tout en continuant à faire fabriquer dans des conditions esclavagistes. On ne peut être responsable, durable ou éco-responsable, si on ne travaille pas sur trois piliers essentiels :

Le social : Qui fabrique ? Comment ? Où ? Cela pérennise-t-il un savoir-faire local ou cela contribue-t-il à sa disparition ? Quels sont les salaires ? …
L’environnement : Les fibres choisies participent-elles de façon directe ou indirecte à la destruction de la faune et de la flore ? Où sont réalisées les différentes étapes ? Quelles énergies sont utilisées ? Quelle est la gestion de l’eau ? Est-ce que les matériaux utilisés et le design du vêtement sont pensés pour être facilement recyclés ou compostés ?
La santé : Quels sont les intrants (teintures, encres, finitions …) utilisés ? Comment impactent-ils la santé du consommateur final ? Qu’en est-il des ouvriers ? …

Je suis une cliente de mode très exigeante et j’estime que la mode responsable doit pouvoir satisfaire à ma « curiosité » concernant tous ces points. Elle se doit de connaître et maîtriser tous les rouages de sa production pour en mesurer les impacts RSE et me garantir que le vêtement produit respecte mes critères de respect de l’homme et de l’environnement. La mode durable doit aussi inviter ses clients à une vraie réflexion sur la consommation réfléchie et proposer des pièces non soumises aux roulements des saisons et donc les sortir du cercle vicieux de la mode jetable.

Un point reste essentiel pour moi au-delà des valeurs que la mode responsable doit incarner c’est le désir. En effet, point d’achat sans désir. Elle doit rester attirante et désirable et ne pas tomber dans le piège du produit basique sans personnalité. Personne ne veut s’habiller avec des produits sans âme !

Quels sont les engagements d'Amandine Cha vis-à-vis de cette mode responsable ?

Nous avons à cœur de proposer une offre de produits et de services pour la création sur-mesure qui soit non seulement certifiée GOTS sur la totalité de ce que nous proposons, et qui soit traçable. Nous travaillons chaque jour à devancer
le cahier des charges GOTS et à appliquer un cahier des charges interne plus exigeant encore afin de défendre nos valeurs et la vision du textile durable que nous avons. Le conseil et l’accompagnement face aux contraintes et à la nouveauté qui peuvent dérouter lorsque l’on est habitué à travailler dans l’industrie textile classique permettent à notre clientèle de franchir plus facilement le pas vers l’écoresponsabilité et éviter le piège du greenwashing.
Nous sommes une petite équipe soudée et avons la chance de travailler uniquement avec des collègues qui sont très engagés et très investis dans leurs missions quotidiennes et qui partagent les valeurs de l’entreprise. Chacun chez LTA est très attaché à initier et à consolider le changement nécessaire pour l’industrie textile.

Quelle est la perception d'Amandine Cha par rapport à ViJi ?

Être adhérent de l’outil ViJi est l’opportunité de montrer en toute transparence ce que l’on fait au quotidien, nos actions. Cet outil, tel qu’il est conçu répond non seulement aux attentes des consommateurs en matière de traçabilité et de transparence à la fois pour le monde de la mode et celui du textile mais aussi aux enjeux incontournables qui s’imposent désormais de fait à l’amont de la chaîne
de production. L’initiative de ViJi est importante car elle permet la mise en place d’un outil neutre, objectif évitant l’écueil du greenwashing.


Pourquoi Amandine Cha se rapproche-t-elle de ViJi ?

J’ai eu la chance de rencontrer il y a plus d’un an Josselin dans le cadre du groupe de travail « Traçabilités et performances RSE » du Comité Stratégique Filière Mode & Luxe et d’assister à la présentation de l’outil ViJi. Le pragmatisme et la facilité d’utilisation de l’outil m’ont convaincue. Josselin m’ayant recontacté l’an dernier, j’ai eu l’opportunité de travailler sur la partie fabricants qui complète l’offre ViJi. Ce second volet complète parfaitement et répond à la nécessité de traçabilité exigée par les consommateurs auprès des marques puisque l’amont de la chaîne est la partie immergée de l’iceberg.

Qu’est-ce que ViJi peut apporter à Amandine Cha ?

Étant dans une approche d’amélioration constante tant au niveau RSE que sur
le plan de l’éco-conception, l’utilisation d’un outil externe tel que ViJi permet
à l’ensemble de l’équipe de mieux visualiser les points à améliorer et les points
de vigilance dans notre démarche quotidienne. La centralisation des informations RSE et de certifications peuvent aussi au quotidien faciliter la tâche de l’équipe dans leurs besoins spécifiques (traçabilité, communication, approche produit, …).