Aujourd'hui, c'est la rentrée ! Et qui dit rentrée dit nouvelle école, nouveaux amis... nouveaux vêtements...? Pas si vite ! Avant d'aller faire les magasins, commençons par nous renseigner un peu plus sur l'impact de l'achat d'un vêtement.

Une jeune femme est sur son ordinateur, allongée sur son canapé

Quand on pense à la fabrication d'un vêtement, on pense à la couture, au tissu, aux colorants éventuellement,... Mais sa conception est bien plus complexe que cela ! Savez-vous que la fabrication d'un simple t-shirt nécessite 2 720 litres d'eau ? Un jean en consomme 10 000 litres, c'est l'équivalent de 180 douches. Ça en fait, de l'eau, pour un jean porté une fois puis laissé dans un placard. Eh oui, parce que vous avez forcément des vêtements qui prennent la poussière. C'est officiel, deux vêtements sur trois ne sont jamais portés. Deux vêtements sur trois ! Ce chiffre est effarant, mais il permet aussi de voir que ce n'est peut-être pas si compliqué d'être responsable. Car oui, beaucoup d'actes écoresponsables demande de modifier son mode de vie, et ce n'est pas toujours facile à faire. Mais ne conserver que les vêtements que l'on porte, est-ce vraiment un si gros effort ? Est-ce que ça nous prive de quelque chose ? Non, et c'est ça qui est top !

Emma Stone faisant un pouce en l'air

Il n'est pas facile de réaliser tout ce que demande la fabrication d'un vêtement. Voici donc quelques informations utiles.

Commençons par évoquer les étapes d'un produit textile. Voici un exemple avec le parcours d'un t-shirt, exemple proposé par Pietra Rivoli, dans son livre intitulé Les aventures d'un tee-shirt dans l'économie globalisée.

carte illustrant le parcours du t-shirt
Source : Gayaskin
Le coton est cultivé à Lubbock, une ville dans le Texas.
Le coton brut est d’abord acheminé au port de Long Beach en Californie par voie terrestre, avant d’être expédié par conteneur à Shanghai
A Shanghaï, le coton brut est traité puis transformé en fils. Cette étape peut aussi être réalisée dans d’autres pays comme l’Inde par exemple.
Dans cet exemple, le tissu et le t-shirt sont également confectionnés à Shanghai. Pour ce type de produit, les principaux autres ateliers de confection dans le monde sont situés en Chine, Inde, au Bangladesh et en Turquie.

Pour produire des vêtements, on fabrique 400 milliards de mètres carrés de tissus par an. 60 milliards sont gaspillés et jetés par terre lors de la découpe. Quant au travail du tissu, le traitement et la teinture sont responsables de 17 à 20% de la pollution globale de l’eau. Et tout ça pour un vêtement final qui ne sera porté en moyenne que quatre fois. Il faut également savoir que si l'on augmentait la durée de vie d'un vêtement de 9 mois, on diminuerait chacun notre empreinte carbone, eau, et le gaspillage de 20 à 30%.

Visage inquiet sur fond noir

Alors que signifient ces chiffres ? Ils signifient que toute la pollution produite par le textile peut être réduite, et ce en revoyant l'usage que nous faisons de nos vêtements. En ayant conscience des ressources utilisées, notre façon de penser évolue. Au lieu de penser : "Est-ce que ça vaut le coup d'acheter ce jean si je ne suis pas sûr(e) de le porter ? Ça pourra toujours servir !" pensons plutôt "Est-ce que 10 000 litres d'eau et la contribution à la pollution des océans et au réchauffement climatique valent le coup pour ce jean, si je ne suis pas sûr(e) de le porter ?". Chacun d'entre nous sera ainsi bien plus responsable lors de ses achats.

Nous n'avons pas besoin de nous interdire d'acheter des vêtements. Cependant, il faut garder à l'esprit qu'une carte bleue est un bulletin de vote. Nous devons bien réfléchir à nos besoins avant d'aller faire les boutiques, pour ne pas nous faire avoir en achetant un vêtement sur un coup de tête !

jeune fille regardant une vitrine

Quelques solutions contre le gaspillage

Savez-vous que 95% des vêtements qui sont jetés aurait pu être recyclé ? Si un vêtement ne vous va plus ou ne vous plait plus, ne prenez pas la mauvaise habitude de les jeter. Il pourrait être porté par quelqu'un d'autre, qui n'aurait pas besoin d'en acheter un neuf. De nombreuses associations récupèrent les vêtements. Il y a Emmaüs, la Croix Rouge, le Secours Populaire, les Restos du Cœur, La Fibre du Tri, ou encore l'Armée du Salut. Vous pouvez aussi vendre vos vêtements de particulier à particulier, sur Leboncoin, Ebay, ou encore Vinted.

Bien sûr, la meilleure solution reste d'acheter des vêtements durables. Vous n'aurez pas besoin de faire un plein tous les mois, et vous utiliserez indirectement beaucoup moins de ressources !

Jeune femme devant un lac, les bras levés en position de victoire

Et si vous voulez prendre de bonnes habitudes pour être écoresponsables, découvrez 10 gestes simples pour sauver la planète !